Paul Eluard

Paul Eluard et Vézelay

Par / 14 Fév 2014 / 0 Commentaire
Share Button

« Et par le pouvoir d’un mot
Je recommence ma vie
Je suis né pour te connaître
Pour te nommer
Liberté »

Cette strophe est la dernière du fameux poème « Liberté » de Paul Eluard qu’il écrivit à Vézelay.

Eugène Emile Paul Grindel dit Paul Eluard est né en 1895 et décède en 1954.

Dadaïste de la première heure, il devint ensuite une des figures de proue du surréalisme.

Ce mouvement littéraire, culturel et artistique de la première moitié du XXème siècle repose sur le refus de toutes les constructions logiques de l’esprit et sur les valeurs de l’irrationnel, de l’absurde, du rêve, du désir et de la révolte. Érigé en philosophie par certains, il a avait pour volonté de libérer l’homme des morales qui le contraignent et des académismes qui l’empêchent d’agir en nuisant à sa force créatrice.

Poète et ambassadeur du mouvement, Paul Eluard s’installa à Vézelay avec sa femme et muse, la célèbre Nusch, en janvier 1942.

Logé chez Christian Zervos, critique d’art et écrivain d’origine grec, sa volonté était d’être plus près du maquis et de la résistance à laquelle il participa activement.

Écrites à Vézelay, les vingt et une strophes de son poème « Liberté », véritable appel à la résistance et à l’espoir, furent parachutées par des avions anglais. Des milliers d’exemplaires seront ainsi distribués dans toute la France.

Il est fort à penser, à la lecture de cette ode, que Vézelay fut une véritable source d’inspiration pour Paul Eluard.

La ville garde des traces du passage de cet homme illustre, de ses séjours à l’Hôtel du Cheval Blanc ainsi que du lien très fort qui l’unissait aux Zervos. Une visite au Musée Zervos vous fera revivre les grandes heures du surréalisme et découvrir les nombreux artistes qui ont marqué la ville tant par leurs œuvres que par leur présence.

Découvrez l’intégralité du poème « Liberté »

Paul Eluard

Paul Eluard & Nusch en 1935